Le blog de ré-fér-ence fixée d'une com-pré-hen-sion relax'ante du lexique l'axat'if de RêneS-LexATO

Le blog de ré-fér-ence fixée d'une com-pré-hen-sion relax'ante du lexique l'axat'if de RêneS-LexATO
Blog laiSsant les autres fins chercheurs de RLC... suR Le Carreau (très é-troit) commis sur PloMBé-lobé de l'un-KoNu sanS Plan B pluS impar-able, en signant et singeant carré-ment sur le bureau un ratiss-age contextuel PluS large, holistique et HIStorique de l'affaire à absoudre l'oint de soucis sordides tel un sang-lier surgissant en tonnant sans sourciller de Chênes Le Râteau à Ras Le Chapeau borsalinO Du turban écru qui n'est f(e)UTre cuit de SerPe hier en lambeaux de rênes façon lex à taux réduit sablé du 8 clos mercuriel de lemniscate qui docte obre en carré L'est d'a-nalemme dans les annales de l'espace et du temps, Rainette Le Chat teigneux Nique au LA Poussif ce crêt de voie lactée dans l'éther nuitée du sacré au ça crée réciproque-ment admis ton d'out-rage à BI-blIOthèque aire de mots crus sans écarter l'épate, car l'essence ciel pour kiss piqua en l'erse d'épis sûrs est sans tort de faire parler d'écho sans rengaine la déco des toiles et d'étoiles en toute connais-sance de cozze à passer y forme qu'au do(u)ble vaut vert d'alambic en cloche reste un simulacre d'amBiValence ainsi cousu d'un D.on M.ystérieux si cossu en son tuf de spoulga et coque de bruit hier au camail nourri de staff à l'affable et monacal occulte isthme qu'un pOtlatch s'en fAIlle et qu'à cet égoïste et terrible lice égosillée d'invective dualitaire, l'irénisme à l'ET IN ARCADIA E-GhOst lui(t) vaille à l'unisson un pré en bulles à l'uni-vers pont y fit cale en file ou tri d'un binoculaire monologue en noir et blanc et en coule oeuvre du vrai éradiqué d'un sablage en vrac filtré-tamisé au travers le chas d'une aigu-ille et versé dans une boîte de paon d'or fourrée à l'air-mine de ver-ité divers-ement grisante à l'enton-noir vertueux de la plu-part des faux-semblants et des monts noirs peu ou prou graalesques de la tête aux pieds comme n'oserait pas un pléon à esmer ras le dia-bolo de pinces envers la transe pas rance de leur capture bise deVenu(e) Sienne...

*************

Ecclésiaste 1/11 : " On ne se souvient pas de ce qui est ancien; et ce qui arrivera dans la suite ne laissera pas de souvenir chez ceux qui vivront plus tard."
(Cependant que les plus motivés pourront peut-être retracer le passé à partir d'éléments épars disposés figurativement et intentionnellement ou non par ceux qui auront vécu avant ?)
- FELIX QUI POTUIT RERUM COGNOSCERE CAUSAS ? -
Rennes-le-Château : le fond et la forme de l'histoire dil.et.tante de l'occident en ce lieu se concentrent et concernent entre autres les grands alentours, ci-dessous les différentes pages de ce blog, cliquables :

Il était une foi(s)...le Royaume de Majorque après Ruscino...

Une formidable aventure, mais que de questions à son propos :
- Ruscino et Roussillon
- Le traité de Corbeil (11 mai 1258) - anagramme numérique 1582 -
- Après Jacques Ier d'Aragon en 1276 naît donc le Royaume de Majorque avec Jaume II de Majorque. - (autres rois ici)
- Sa création est-elle d'origine pontificale ?
- Au départ ce fut comme une grande principauté sur mesure pour Jaume II de Majorque ?
Quelques personnages ou événements importants dès sa création :
- Pierre III d'Aragon
- l'épisode des vêpres siciliennes (1282)
- En 1284, Gilles de Voisins commence les travaux de construction du donjon d'Arques au nord du Roussillon.
- Pourquoi une telle intervention excessive de Louis XI en Roussillon au XV° s. ?
- Léonard de Vinci en Roussillon
- Léonard de Vinci a-t-il participé à la conception de la forteresse de Salses ou s'en est-il seulement inspiré dans la fresque de La Cène ?
- La Cène, un récit biblique avec des personnages cadrés en hauteur sur le massif du Canigó, des apôtres qui sont aussi des signes du zodiaque et des personnages historiques (voir plus bas images)...
- Le traité des Pyrénées (7 nov 1659)
(A suivre...)

Images :
Comment que de Vinci a profilé la Cène sur le massif du Canigó ! :
Le massif du Canigó
La Cène, la hauteur de chaque personnage suit exactement
les sommets du massif du Canigó, le plus haut est l'apôtre
Philippe, alias Philippe le Bel, alias le signe du Capricorne.
Vierge au
Serpentaire, Vinça
Le génie de Léonard de Vinci tient non seulement de reprendre le profil du massif du Canigó pour la hauteur des personnages mis en sCène, mais en-corps d'y joindre la notion de PESHA*(Printemps, Eté, Serpentaire, Hiver, Automne, dans cet ordre sur la fresque milanaise, par groupe de 3 de gauche à droite pour les 4 saisons)...
Le massif du Canigó et ses différents sommets rythmant la hauteur des personnages de la Cène, surtout celle des sept personnages les plus au centre, par le Puig de  tres vents en relation avec le treizième signe : le Serpentaire.
(photo prise depuis Torremila)












Fin de page et annexes :


Quelques rois de France concernent Rennes-Le-Château et particulièrement deux : Saint-Louis (Louis IX) et Louis XIV, le premier parce qu'il commit le traité de Corbeil en 1258 et le second le traité des Pyrénées en 1659, suite aux initiatives de Louis XIII & Richelieu. Et ces deux frontières historiques (Sud Corbières et Pyrénées) ne sont pas très éloignées de Rennes-le-Château. Mais il convient de se rappeler de la grande affaire du Moyen-Age (tardif) sous Philippe IV le Bel : les Templiers et la papauté à Avignon au XIV° siècle.
Accessoirement François 1° à la Renaissance ne peut être passé sous silence ainsi que ses relations avec Charles Quint (d'Espagne) lié lui-même au Saint-Empire Romain Germanique.


Les Mérovingiens :
- Clovis (466-511) roi des Francs de 481 à 511 (liens)
- Thierry 1° (485-524) roi de Reims et d'Auvergne de 511 à 534 (liens)
- Clodimir (495-524) roi des Francs à Orléans de 511 à 524 (liens)
- Childebert 1° (497-558)

(à suivre...)

Les Carolingiens :
-  Pépin le Bref (715-768) roi des Francs de 751 à 768
- Carloman













(à suivre...)

Les Capétiens :
- Hugues Capet (941-996)
(à suivre...)

Les Valois Directs :
...........(à suivre...)






-

Les Valois indirects :

- Valois-Orléans :

-- 1380 : Charles VI le fol Roi de France. Contexte guerre de 100 ans depuis 1337 et jusqu'en 1453 (Plantagenêts contre Valois).
- Oct 1422 : Charles VII Roi de France, contexte Armagnacs et Bourguignons. Epoux de Marie d'Anjou(En filigrane : Agnès Sorel et Jacques Coeur)
- Juillet 1461 : Louis XI Roi de France (dauphin de Charles VII).
- Août 1483 : Charles VIII Roi de France (époux Anne de Bretagne en 1491), décède à Amboise en 1498 dans des circonstances assez douteuses)
- Avril 1498 : Louis XII Roi de France (époux Anne de Bretagne, veuve de Charles VIII, en 1499)
(1462-1515), dit le Père du peuple roi de France de 1498 à 1515.

- Valois-Angoulême :
- François 1°
- Henri II
- François II
- Charles IX
- Henri III 
(à suivre...)

Les Bourbons :
- Henri IV (1553-1610), roi de France et de Navarre de 1589 à 1610
(et dernier des comtes de Foix)
- Louis XIII le Juste (1601-1643), roi de France de 1610 à 1643
- Louis XIV le Grand (1638-1715), roi de France de 1643 à 1715
- Louis XV
- Louis XVI

- Louis XVII
*
- Louis XVIII
- Charles X
(à suivre...)

Les Orléans :
(à suivre...)

Rois d'Espagne :
- Déc 1474 : Ferdinand d'Aragon époux d'Isabelle de CastilleRoi d'Espagne (les Rois très Catholiques).


&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&




En attendant la suite :

https://www.google.fr/?gws_rd=ssl#q=royaume+de+majorque&start=0

Les Templiers en Roussillon ont-ils initié le Royaume de Majorque ? Et ceci d'entrée en Roussillon cinq ans après la création de leur ordre...

Quelques dates (cliquables) :

1229 : Le royaume de Majorque désigne stricto sensu l'entité politique créée lors de la conquête par le roi Jacques Ier d'Aragon de l'île de Majorque en 1229 dans le cadre de la Reconquista.

1258 : Le traité de Corbeil de 1258 est le traité signé le 12 mai 1258 à Corbeil, entre les représentants du roi d'Aragon, Jacques Ier (Guillaume de Roquefeuil), et ceux du roi de France, Louis IX. Le traité de Corbeil fixe la frontière, entre la France et l'Aragon, au sud des Corbières. Le roi de France, Saint Louis, reconstruit entièrement des châteaux qu’il vient de conquérir et qui appartenaient auparavant aux seigneurs occitans. Il crée alors un impressionnant système défensif dont le centre de commandement est Carcassonne. Cinq citadelles en sont les pièces maîtresses, « Les 5 fils de Carcassonne », Aguilar, Quéribus, Peyrepertuse, Puilaurens et Termes. Le traité de Corbeil instaure la 1ère vraie frontière d’état. Dans la réalité, elle n’est jamais respectée, c’est plutôt une zone de front avec deux lignes de châteaux de part et d’autre. La vallée du Fenouillèdes est vide d’hommes, trop de circulation de troupes, trop de routiers, trop de destruction et de ruine. Les habitants se sont réfugiés dans les montagnes.

1276 : Cette année là est l'année de la mort de Jacques 1er le Conquérant. Ce roi avait l'ambitieuse volonté que ses cinq enfants soient tous rois ou reines. Or si ses 3 filles avaient épousé des rois, à priori seul son fils aîné était destiné à devenir roi en prenant sa succession. Pourtant quelques 14 ans plus tôt, il s'en était arrangé. C'est en effet en 1262 qu'il rédigea son testament dans lequel il réglait ce problème.

CLOVIS : https://www.youtube.com/watch?v=s67rfYzW4TY
PHILIPPE AUGUSTE : https://www.youtube.com/watch?v=PUXrFS7tm34

Pagina Majorquine :
Palais des rois de Majorque à Palma
Cathédrale de Majorque à Palma
Château de Bellver à Palma
Château de Bellver à Palma, sur la colline...
Cour ronde intérieure à Bellver
Une grande tour au nord et 3 autres points cardinaux ?
21 "trèfles inversés" font le tour de la cour,
laquelle est circulaire...
Castillo de Bellver (XIV°)
PALMA DE MAJORQUE (à suivre...)
http://www.youtube.com/watch?v=yPwO2XN-1W8 xxx
L'Importante Croisade d'Aragon pour l'histoire :

La Chronique de SEB - Elne, ville martyre d'une croisade oubliée

PHOTO/dessin de SEB
Mai 1285. Une église se consume, des corps se vident de leur sang. Dans la plaine du Roussillon, Elne brûle et ses enfants sont morts. Le roi de France a ordonné leur massacre. Il mène sur ordre du pape une croisade contre le comte de Barcelone et roi d’Aragon. L’événement majeur de cette fin de siècle est en train de déchirer le Sud de l’Europe et huit siècles plus tard il n’en subsite aucune trace dans nos livres d’école ! Devions-nous oublier les martyrs de la ville d’Elne ?
En 1285 la croisade contre le comte de Barcelone est le résultat de conflits de succession en Sicile déclenchés par une rivalité entre la papauté de Rome et le Saint Empire Romain Germanique. Mais comment l’imbroglio autour d’un héritage en Italie peut-il provoquer une croisade en Roussillon ?

L’effet papillon
Le massacre de la ville d’Elne résulte d’un problème qu’il convient de traiter au niveau européen. L‘empereur du Saint Empire Romain Germanique Frédéric II de Hohenstaufen est également roi de Sicile et de Naples. Àprès sa mort en 1250, son premier fils illégitime Manfred s’empare de la couronne de Sicile. Le pape en conflit avec la famille des Hohenstaufen s’oppose à Manfred en offrant la couronne à Charles d’Anjou, frère du roi de France et allié plus soumis. Ce dernier saisit l’opportunité de se coiffer enfin d’une couronne.
Dans le même temps, Pierre III d’Aragon et comte de Barcelone épouse la fille de Manfred pour obtenir à terme des droits sur ces terres. Quand Charles d’Anjou tue Manfred lors d’une bataille, Pierre III fait connaître ses droits sur le royaume de Sicile et envoie son armée, contre l’avis du pape. Le décor est planté

PHOTO/dessin de SEB
La real politik papale
PHOTO/dessin de SEB
Une seule raison explique cet enchevêtrement de prétentions et d’alliances : la volonté du pape de dominer le monde. Pour se faire il est prêt à diviser pour mieux régner. Seuls l’intéressent les alliés soumis à sa volonté. Il va excommunier Pierre II, roi chrétien d’Aragon, et lancer contre lui une croisade. Ceux qui iront pourront tuer et s’emparer des titres ! Il répète la même manœuvre qu’en Sicile : il offre cette fois la couronne d’Aragon au fils du roi de France qui après quelques hésitations se laisse convaincre par l’appât du gain. La guerre de succession continue dans le sud de l’Italie pendant que des troupes françaises descendent vers les Pyrénées. Le roi d’Aragon rentre en toute hâte à Barcelone.

Des frères ennemis
À peine débarqué, Pierre III demande l’appui de ses vassaux, notamment celui de son petit frère Jacques, souverain du royaume de Majorque qui s’étend de la Cerdagne au Roussillon et aux Baléares. Pourtant leur entente n’était pas évidente. Leur père avait voulu donner une couronne à chacun de ses fils, scindant ainsi son héritage. Pierre, l’aîné, s’était toujours senti spolié et Jacques, le cadet, trouvait encombrante la suzeraineté revendiquée par son frère sur son royaume.
À vivre dans l’ombre d’un géant, Jacques choisit, face au péril de la croisade, de miser sur le voisin français et accorde le passage vers le sud au roi de France Philippe III le Hardi. Mais c’était sans compter sur le rattachement économique et culturel de toujours de ses sujets au comté de Barcelone et à leur frayeur de voir venir une armée de croisés. À la mi-mai 1285, certaines villes comme Elne refusent d’ouvrir leurs portes. Cette dernière doit servir d’exemple pour les autres candidats à la rébellion. Le roi de France franchit les Pyrénées. Le massacre hantera les récits de l’époque pendant longtemps.

Cinq mois plus tard, en octobre, la croisade prend fin sur une défaite totale des Français grâce à une épidémie de typhus et au retour de Sicile de la flotte catalane. Philippe le Hardi meurt à Perpignan pendant la retraite de ses troupes. Le pape qui avait manigancé cette guerre s’est éteint depuis peu et Pierre III conserve sa couronne mais s’éteint un mois plus tard. Comble de l’infortune, leurs successeurs respectifs n’ont pas les mêmes aspirations et orientent leur politique vers d’autres territoires.
Les habitants d’Elne ont été les victimes du choix personnel de trois dirigeants qui remontent à plus de 20 ans. Imaginez quelles pourraient être les conséquences du battement d’ailes d’un tweet de certains chefs d’état…
Texte et illustrations de SEB.
Un grand merci à Robert Vinas, historien et proviseur honoraire, pour sa croisade intellectuelle qui m’a emporté. Il est l’auteur avec Agnès Vinas, agrégée de lettres classiques, de La croisade de 1285 en Roussillon et Catalogne, paru chez TDO Éditions.

Retrouvez les chroniques de SEB sur le site de L’Indépendant.fr rubrique “Le dessin de SEB”
http://www.lindependant.fr/culture-et-loisirs/le-dessin-de-seb/
www.facebook.com/lindependant.fr
@WEBINDEP
PHOTO/dessin de SEB