Vous êtes bien sur le blog référent d'une vi.site iné.dite et p.ass.ionnante à RenneS-LE-Château

Vous êtes bien sur le blog référent d'une vi.site iné.dite et p.ass.ionnante à RenneS-LE-Château
Blog laiSsant les autres fins chercheurs de RLC... suR Le Carreau (très étroit) de l'in-con-nu, en signant et singeant carré-ment sur le bureau un ratiss-age contextuel PluS large, holistique et HIStorique de l'affaire : de Chênes Le Râteau à Ras Le Chapeau borsalinO Du turban écru qui n'est f(e)UTre cuit de SerPe hier, Rainette Le Chat teigneux Nique au LA Poussif ce cRêt de voie LaCtée dans L'éther Nuitée du sacré au ça crée réciproque-ment admis ton d'out-rage à BI-blIOthèque aire de mots crus, car l'essence ciel pour kiss pique à l'erse d'épis sûrs est sans tort de faire parler d'écho sans rengaine la déco des toiles et d'étoiles en toute connais-sance de cOzze à Passer y forme Qu'au do(u)ble vaut vert d'alambic ReSTe Un simulacre d'amBiValence...

*************

Ecclésiaste 1/11 : " On ne se souvient pas de ce qui est ancien; et ce qui arrivera dans la suite ne laissera pas de souvenir chez ceux qui vivront plus tard."
Rennes-le-Château : le fond et la forme de l'histoire dil.et.tante de l'occident en ce lieu se concentrent et concernent entre autres les grands alentours, ci-dessous les différentes pages de ce blog, cliquables :

27/12/2010

Rosaces du zodiaque et autres fantaisies nécessaires et suffisantes à instaurer une société agraire oRgaNisée... Caput sine Cauda nec Coda, partition de cape et d'épée chez Fibo 1358, Prévôt et Grande Jacquerie à préjuger :

Rennes-le-Château : le fond et la forme de l'histoire de l'occident se concentrent en ce lieu (et concernent entre autres les grands alentours...)
titre cliquable
Rosace romane zodiaque de Tournai : une foi (Belgique)
Zodiaque de Denderah exposé au Louvre
Le potentiel intellectuel humain est initialement issu de l'empirique observation des mouvement des astres, et c'était le rôle des druides et autres prêtres des antiques cités que de suivre les circonvolutions célestes,  premiers concepts impliquant et exigeant le développement des facultés de raisonnement et d'abstration allant du devin acheminé au divin et du ça crée au sacré, du culturel (agraire) au cultuel (spiriruel).
L'application et la défense de cette connaissance fut confiée de facto à une élite : la noblesse, qui en ignorait les bases et obéissait à une autre pour l'exécution intrinsèquement divine de LA connaissance sur des fondements interprétatifs idéologiques incluant des notions d' anthropomorphismes pragmatiques dans ses entrepôts : le clergé, qui transmettait et régulait le savoir. Les deux élites minoritaires ainsi constituées détenaient à elles seules le pouvoir sur les exécutants du plus grand nombre :  le tiers état, comprenant lui-même deux secteurs : les paysans et les marchands ou bourgeois.

22 Février 1358 : Chauds les marais !
Ainsi fonctionnait au moyen-âge une société de type  agraire en Occident en toute logique institutionnelle pré-établie de cognition tropique ou saisonnière naturelle associée à la notion céleste, non exhaustive d'un fait culturel élitiste oligarchique de type religieux dit révélé et/ou relevé.
Au fur et à mesure de l'évolution dans la notion de civilisation, la base devenait de moins en moins ignorante et naïve et pouvait se révolter de se sentir ainsi cadrée voire manipulée, d'autant que dans les deux classes dirigeantes ne se trouvaient pas nécessairement que des gens compétents ou compréhensifs et souvent à l'abri et très imbus de leurs privilèges...
C'est ainsi qu'en 1358, n'en déplaise du degré d'inversion obliqué fié à la suite de Fibonacci, et c'est même un signe du destin, deux putschs endossés et clos cette année là par si bon assise des diligents dirigeants, sauf à les déranger tant l'évolution aire ou erre, qu'à jeun et à jeu compris sans doute :

Jacquerie Bonhommique ?
*Le premier par le prévôt de Paris en Février 1358 (voir post du 12/12/10, à titre cliquable)
*Le second par des paysans relativement émancipés : la Grande Jacquerie, et ça chie & raque :
La suite par hérodote.net : Le 21 Mai 1358, cent paysans du Beauvaisis s'attaquent aux châteaux de leur région, violant et tuant les habitants, brûlant les demeures. Leur révolte s'étend très vite à la paysannerie du bassin parisien.
C'est la plus grande des «jacqueries» qui ont ensanglanté les campagnes françaises au Moyen Age. Ces révoltes sont ainsi nommées d'après l'appellation de Jacques ou Jacques Bonhomme donnée aux paysans.
*Noblesse indigne
Les révoltés figurent parmi les paysans aisés de l'une des régions les plus riches d'Europe. Depuis l'épidémie de peste qui a ravagé l'Occident dix ans plus tôt, ils sont en situation de mieux faire valoir leurs droits car les seigneurs sont partout en quête de main-d'oeuvre pour remettre en culture les terres abandonnées. La Grande Jacquerie survient peu après que les chevaliers français aient été écrasés par les Anglais à Poitiers (1356). Le roi (Jean II Le Bon) est prisonnier à Londres tandis que Paris est sous la coupe d'Étienne Marcel, le prévôt des marchands. Les paysans ne supportent pas que les nobles, qui ont lâchement fui devant les Anglais, fassent maintenant pression sur eux pour leur extorquer de nouvelles taxes. Ceux-ci n'en écrasent pas moins les Jacques à Clermont-sur-Oise le 10 juin 1358. Les chefs des révoltés sont impitoyablement torturés et exécutés. En dépit de ce drame, les révoltes paysannes se renouvelleront les années suivantes, notamment en Angleterre, en 1381, avec Wat Tyler, et en Hongrie.
La réflexion du Baron :
Un rendez-vous manqué entre les dirigeants et le peuple...prémices d'une vraie révolution, qui sera...reportée et remportée un peu plus tard dans l'histoire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire